Skip to content

Vendanges 2015 : déjà la promesse d’un beau millésime !

Dans le Bordelais, les vendanges ont commencé fin août avec les premiers blancs situés sur les parcelles les plus précoces, notamment celles des Graves. Château Carbonnieux, comme à son habitude, a ouvert le bal. Ce sont les mêmes parcelles de Sauvignon, situées au sommet d’une croupe graveleuse, non loin du Château, qui sont vendangées chaque année en premier. La nature de ce cépage et le positionnement de ces parcelles sur un terroir de graves sont à l’origine de cette traditionnelle précocité. Les Châteaux voisins du Pessac-Léognan, tels que Château Luchey-Halde, Château Pique-Caillou, Château Bouscaut et Château Haut-Brion, n’ont pas tardé à suivre le pas quelques jours plus tard.

En raison de la canicule, les vendanges ont été lancées avec une semaine d’avance par rapport à l’an dernier et à 2012 ; alors qu’en 2013, elles n’avaient commencé qu’à la mi-septembre. 2015 est le millésime le plus précoce depuis 1950, exception faîte de 2003 bien-sûr.

Il faut dire que les conditions météorologiques étaient presque parfaites, voire idylliques, avec ensoleillement, temps sec, avec juste ce qu’il faut de pluie… Le cycle végétatif de la vigne s’est déroulé pour le mieux, du débourrement à la mi-avril jusqu’à la floraison rapide et homogène fin mai. Le mois de juillet particulièrement sec et chaud, ayant éloigné toutes attaques de mildiou et d’oïdium constatées au printemps, a laissé place à un mois d’août plutôt pluvieux et humide ayant permis de gonfler les grains qui étaient jusqu’alors bien trop petits.

Une très belle climatologie. Il faut remonter à 2005 pour trouver une année aux conditions aussi favorables. Les très bons équilibres sucre/acidité, les raisins sains et les volumes supérieurs aux deux millésimes précédents nous laissent présager un grand millésime : sans doute la magie des millésimes en « 5 », tels que 1945, 1975 ou bien encore 2005 considéré comme le « millésime du siècle »…

Mais rien n’est encore joué, notamment pour les rouges. Les premiers rouges (Merlot) ne seront ramassés qu’à partir du 10 septembre, avec une semaine d’avance également. Tout peut donc encore changer d’ici là… On dit toujours qu’un millésime est assuré dès lors que le raisin se trouve en sécurité dans le chai… Reste donc à croiser les doigts !

Les raisins, aussi bien en blanc qu’en rouge, laissent cependant à penser que des fruits de très grande qualité seront travaillés cette année. L’état sanitaire des blancs est excellent et l’équilibre sucre/acidité est bon : les Sauvignons sont sucrés et présentent des acidités correctes, les Sémillons sont également jolis, avec des acidités faibles. Les raisins ont gardé du fruit et de beaux arômes, ce qui nous incite déjà à penser que, sur les blancs, nous serons sur un millésime de grande qualité, mais classique dans sa typicité. En rouge, la vigne est magnifique. La chaleur est favorable au Cabernet Sauvignon, un des cépages phares du bordelais. Du fruit et une acidité assez faible sont espérés. Un millésime 2015 qui s’annonce donc bien en rouge aussi.

Côté rendement, un léger recul de 1% par rapport à l’année dernière est à prévoir globalement dans le vignoble bordelais. La canicule et la sécheresse n’ont pas été sans conséquence sur le raisin : les grains sont plus petits que d’habitude, en particulier pour les rouges. Situés aux alentours de 5,6 millions d’hectolitres, les volumes restent malgré tout supérieurs ou quasi-équivalents à la moyenne des cinq dernières années, marquées notamment par deux très petites récoltes : 2012 et 2013.

Malgré la légère baisse en volume, le millésime 2015 promet déjà d’être d’une qualité digne des grandes années !

Photo à la une : © Kelly Guyenot

Be First to Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.