Skip to content

Les Primeurs 2015, le rendez-vous immanquable pour tout grand amateur de Bordeaux

La semaine du 4 au 8 avril, se sont tenues à Bordeaux les dégustations Primeurs 2015. L’heure est aujourd’hui aux premières impressions de ce très attendu millésime.

Système unique à Bordeaux, les Primeurs, qui ont toujours lieu en avril, est l’occasion où les Châteaux présentent en avant-première le millésime dernièrement vendangé, et encore en cours d’élevage, aux professionnels du vin (négociants, courtiers, importateurs, grossistes, distributeurs, cavistes, œnologues, critiques, représentants de la presse nationale et internationale…), dans le but qu’il soit acheté deux ans avant sa mise en bouteille. Les propriétés ont ainsi l’assurance d’écouler à l’avance tout (ou en partie) leur stock et récoltent de la trésorerie deux ans avant de livrer leur(s) vin(s), leur permettant ainsi de financer la vendange suivante. Les acheteurs, quant à eux, réalisent le plus souvent une économie car, achetés en Primeurs, les vins sont généralement 10% à 30% moins chers que lorsqu’ils entrent sur le marché, après leur mise en bouteille.

Près de 6 000 professionnels, venus du monde entier, se sont donc déplacés cette semaine-là pour déguster les « nouveau-nés bordelais » et n’ont pas tari d’éloges sur le millésime 2015 qui devrait, sans aucun doute, relancer les affaires après deux années plus que difficiles pour le Bordelais…

Élaboré dans des conditions climatiques optimales, de la floraison aux vendanges, le millésime 2015 est considéré comme étant exceptionnel, nettement supérieur aux quatre derniers millésimes.

Un très grand millésime, réussi dans toutes les appellations du Bordelais, avec certes quelques petites inégalités, différences entièrement liées aux décisions prises lors des vendanges (dates des vendanges et maturité phénolique). Dans l’ensemble, les vins sont uniques et précis, puissants et équilibrés, avec beaucoup de charme, d’harmonie et de sensualité. Bien qu’encore très jeunes, ils sont déjà très accessibles, avec une formidable fraîcheur sur des aromatiques de fruits mûrs, mais présentent surtout un beau et long potentiel de garde. De très beaux vins blancs, étincelants, et des rouges soyeux et croquants, avec beaucoup de fruit et d’élégance.

L’expression du terroir est particulièrement caractéristique de ce millésime. Bien loin de certains millésimes où la différence entre un Margaux et un Pauillac n’était pas flagrante, l’identité du terroir est justement amplifiée sur ce millésime. Les Fronsac sont élégants et soyeux avec des tanins fins et des notes fruits noirs. Les Pessac-Léognan sont suaves, croquants, charmeurs, avec un bel équilibre et du fruit. Les Saint-Emilion sont élégants, les tanins sont délicats, le fruit est très présent et peu masqué par le bois. Les Sauternes-Barsac présentent une fantastique fraîcheur et une belle acidité, avec cependant des différences nettes entre ces deux terroirs: les Sauternes sont plus charnus et gras, alors que les Barsac se veulent plus légers et raffinés. Les vins du Médoc sont, quant à eux, modernes avec beaucoup de fruits et de notes florales, les Margaux et les Saint-Estèphe sortent véritablement du lot en 2015.

Beaucoup diront que ce millésime est dans la lignée des derniers grands : 2005, 2009 et 2010. On retrouve en effet dans le 2015 la puissance du 2005, des tanins très soyeux, de la densité et une belle longueur. La rondeur et le charme solaire du 2009 est aussi présent dans ce millésime, mais avec beaucoup moins d’exotisme. Proche également du 2010, il apparaît cependant moins concentré, plus souple et plus féminin, avec une approche beaucoup plus raffinée et gourmande.

Si les « prix primeurs » ne seront dévoilés qu’à partir de mai, on s’attend d’ores et déjà à une hausse des tarifs par rapport aux millésimes précédents, notamment par rapport au 2013. En effet, qui dit millésime exceptionnel, dit augmentation de prix. Le prix de vente fixé sera de la responsabilité de chaque Château et devra tenir compte de la qualité du millésime, du positionnement, mais aussi du marché mondial.

Qualitativement proche du 2005, le millésime 2015 devrait logiquement sortir à un prix similaire à celui du 2005 (sensiblement identique à celui du 2011), bien que les conditions de marché soient moins favorables aujourd’hui qu’il y a dix ans. En effet, Robert Parker n’est plus là pour distribuer d’excellentes notes, favoriser la hausse des prix et stimuler la demande. Ensuite, les acheteurs chinois et russes sont beaucoup moins présents qu’en 2005. Et enfin, l’exagération des prix du millésime 2009 et 2010, en grande partie conséquente de l’intérêt de nouveaux acteurs chinois, a perturbé les marchés. Toutefois, le 2015 se présente déjà comme le millésime le plus intéressant à acheter depuis 2008, tant au niveau prix qu’en qualité.

Si les dégustations Primeurs sont traditionnellement réservées aux professionnels du vin uniquement, certaines propriétés proposent depuis peu la possibilité au grand public de découvrir leur jeune millésime. Beaucoup de propriétés profitent des Portes-Ouvertes pour présenter leur nouveau-né aux visiteurs, tel était par exemple le cas le week-end dernier dans certaines propriétés de Lalande-de-Pomerol ou tel sera le cas à Saint-Emilion le samedi 30 avril et dimanche 1er mai 2016. D’autres créent même spécialement un événement dédié à ce grand millésime, tel est par exemple le cas du Château de Rayne Vigneau à Sauternes, qui propose aux particuliers de découvrir, le 18 et 19 juin prochains, le millésime 2015 des trois vins de la propriété. L’occasion donc d’apprécier ce millésime en avant-première et éventuellement de le réserver en attendant qu’il soit livrable.

Toutes les informations sur les dégustations Primeurs du Château de Rayne Vigneau

Be First to Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.