Skip to content

Sauternes-Barsac : Entre vendanges et combat contre la LGV !

Dans le bordelais, alors que les vendanges en rouge sont bien entamées et celles des blancs secs déjà terminées, celles des liquoreux viennent à peine de commencer.

Dans l’appellation de Sauternes-Barsac, les premiers raisins botrytisés ont certes déjà été ramassés il y a quelques semaines, avec une dizaine de jours d’avance par rapport aux années précédentes, mais l’essentiel de la récolte s’est joué cette semaine. Il faut dire que les conditions étaient idéales en cette fin septembre – début octobre, voire idylliques. Humidités et brouillards matinaux, soleil et douces températures en après-midi, de quoi accélérer le développement relativement homogène de la pourriture noble et faciliter ainsi le travail des vendangeurs qui ramassent petit à petit, grain par grain, parcelle après parcelle.

En cette fin de semaine, certains des Châteaux ont clôturé la deuxième trie ; d’autres en sont déjà à la troisième. Chacun des châteaux avancent à son rythme, en fonction du Botrytis, des parcelles et des équipes de vendangeurs. Bien que cela ne soit pas une course, il n’en reste pas moins que plus vite le raisin sera ramassé, plus vite il sera en sureté ; un fait pour le vin en général, mais d’autant plus vrai pour le Sauternes, où les vendanges sont particulièrement longues et où les volumes restent, quoi qu’il arrive, très faibles.

Les prévisions météorologiques des jours prochains laissent toutefois du temps supplémentaire à la pourriture noble de s’installer et aux vendangeurs de ramasser les baies restantes, une fois qu’elles seront botrytisées à souhait. Si les conditions restent ainsi, l’ensemble de la récolte sera effectuée en quatre tries, au lieu des cinq-six habituellement réalisées.

Le millésime 2015 offre déjà de belles promesses ! Les lots rentrés jusqu’à présent sont nets et sont caractérisés par des potentiels relativement élevés. Beaucoup d’arômes, une magnifique fraîcheur et de belles acidités. Un millésime de grande qualité donc, aux allures de 2009.

Malgré un fort enthousiasme pour ce millésime, les viticulteurs ne cachent pas leurs inquiétudes pour les prochains à venir… pour l’avenir-même de l’appellation. Vendredi dernier, alors que les vendanges commençaient à peine dans le Sauternais, le gouvernement de Manuel Valls a donné, malgré l’avis clairement défavorable rendu en début d’année par la Commission d’Enquête Publique, son feu vert à la construction d’une Ligne ferroviaire à Grande Vitesse (LGV) reliant Bordeaux à Toulouse et à Dax.

Les viticulteurs de Sauternes-Barsac et les amoureux de ce vin liquoreux expriment leur colère face à cette nouvelle annonce ! Il y a de quoi ! Le tracé de la LGV ne coupe certes pas directement l’aire de l’AOC Sauternes-Barsac, mais prévoit de traverser la vallée du Ciron et ses différents cours d’eau, menaçant ainsi les 2 200 hectares de l’appellation.

© Angélique Michaud

Protégés par une forêt de hêtres résiduaire de plus de 40 000 ans, unique en Europe, le Ciron et ces cours d’eau – situés d’ailleurs dans une zone classée, et en principe protégée, par Natura 2 000 – sont nécessaires à la production du Sauternes : un vin unique au monde issu d’un terroir et d’un microclimat exceptionnel comme il n’en existe nulle part ailleurs. En coupant le Ciron en trois endroits, ainsi que trente de ses affluents, le projet de la LGV aurait de graves impacts sur l’alimentation et la température de ces eaux, et donc sur la production et la complexité aromatique des Sauternes-Barsac.

En mettant en péril cet écosystème, c’est donc l’avenir d’une appellation, d’une filière et de toute une région qui est mis en danger. Le prestigieux vignoble fait vivre tout le territoire sud des Graves, et bien au-delà, par les activités économiques directes et indirectes et par une activité œnotouristique en plein essor, constituant un avenir très encourageant pour cette appellation en grande difficulté…

Par les temps qui courent, le projet LGV est considéré comme une véritable aberration économique et financière (coût pharaonique estimé à plus de 9 milliards d’euros) et une catastrophe durable d’un point de vue environnemental. Tout ça pour gagner une heure de temps de trajet sur la ligne Paris-Toulouse…

© Angélique Michaud

Les 170 viticulteurs de Sauternes-Barsac promettent d’utiliser tous les recours possibles – quitte à saisir la Cour de Justice européenne – pour que ce projet insensé soit enfin abandonné ! Une pétition contre la LGV, adressée directement au Ministre du Transport, Alain Vidalies, a même été relayée sur Internet, quelques jours après l’annonce du feu vert, et signée par de nombreuses personnes… Viticulteurs, amateurs de vin ou simples amoureux de la nature, tous se mobilisent pour sauver le Sauternais.

Pour l’avenir du Sauternes, mobilisez-vous !
Signez la pétition contre la LGV !

Photo à la une : © Kelly Guyenot

Be First to Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.